Mon dieu, papa! (E 13)

acte:
Pièces en 3 actes (125 min)
genre:
Comédie
décor:
Bureau d'un avocat
résumé
Béatrice est mariée à Alexandre, un avocat réputé. Son père, officiellement en Afrique mais en réalité sans le sou, vit au crochet de sa fille. Cette fois-ci, il vient déguisé en plombier pour réparer la baignoire. C'est le début d'une drôle d'histoire où il est pris pour de nombreux personnages aussi luofoques l'un que l'autre!
acteurs
homme:
4
femme:
4
adulte:
0
garcon:
0
fille:
0
enfant:
0
voix:
0
Videos
       
Photos
Tante Ernestine est arrivée Section Théâtre de ASC St Michel de Riespach   Photo DNA Troupe du Foyer-club St Léon de Eguisheim   Photo LAlsace Théâtre Alsacien de Eguisheim   Photo LAlsace Théâtre Alsacien de Eguisheim   Photo LAlsace Théâtre Alsacien de Eguisheim    Section Théâtrale Foyer St Léon Eguisheim    Section Théâtrale Foyer St Léon Eguisheim    Section Théâtrale Foyer St Léon Eguisheim   
commentaire de presse
"Le scénario tourne autour de Béatrice, qui projette avec son amie Annette de se rendre à une exposition. Célèbre avocat, son mari Me Alexandre Redder se rend, lui, au tribunal pour plaider une affaire très délicate. N’aimant nullement les avocats, la nouvelle bonne, Solange annonce l’arrivée d’un plombier pour réparer la baignoire. Ce dernier n’est autre qu’Albert, le père magouilleur et fantaisiste de Béatrice.
Il vient lui annoncer son remariage avec Monique, une marchande de poissons en gros. Du même coup, il en profite pour lui soutirer un peu d’argent. Le procès ayant été reporté, Alexandre rentre à l’improviste alors que Béatrice avait fait passer son père pour un savant très renommé, effectuant des recherches en Afrique.
Pour ne pas être découvert, Albert se voit contraint de se déguiser en tante Ernestine… » et c’est là que tout s’emballe et que quiproquos et situations ubuesques se succèdent pour le plus grand plaisir des amateurs de théâtre dialectal, qui seront encore surpris par l’arrivée inopinée d’un gangster, un peu proxénète, et d’un général en retraite, un peu gâteux."
DNA - (25/02/2015)

"Cette pièce en trois actes,avec des personnages atypiques, présente des retournements de situations peu ordinaires. Des scènes cocasses, des réparties cinglantes ainsi que de la manipulation et surtout beaucoup de rire, preuve que le public était comblé. L’histoire est celle de Béatrice, qui projette de se rendre à une exposition avec son amie Annette, tandis que son mari, le célèbre avocat Maître Alexandre Redder, devait se rendre au tribunal pour plaider une affaire fort délicate. Mais rien ne se passa comme prévu…
Le public a été transporté dans des situations comiques, s’enchaînant les unes après les autres pour bien sûr une issue heureuse."
DNA - (15/02/2015)

"Dans une salle bien remplie, les spectateurs ont pu apprécier une pièce dans le « pur style Eibel », inextricable à souhait, avec des rebondissements inattendus et des situations désespérées à tout bout de champ. Les huit acteurs ont su faire vivre une histoire comme d'habitude peu banale, avec des personnages hauts en couleur. Et cette fois-ci, pas question de belle-mère envahissante, de couples qui se cachent ou d'amour impossible. Mais plutôt un jeu de cache-cache entre un père qui ne devrait pas être là où il est et des protagonistes qui ne lui veulent pas toujours que du bien. Ce qui l'amène à s'adapter à des situations qui lui demandent de se glisser dans la peau d'une autre personne, voire même de changer complètement d'apparence. Dans la salle, le public doit s'accrocher pour s'y retrouver..."
DNA - (12/01/2009)

"... cette pièce démarre sur les chapeaux de roue dès le premier des trois actes qui se déroulent dans un décor d'intérieur moderne bien soigné. Elle met en scène un père fantasque, versé dans l'art du loufoque et maître es déguisements, jamais à court d'idées pour se sortir de toutes sortes de situations, même les plus invraisemblables..."
L'Alsace - (29/11/2005)