Les vieux en ont marre! (E 22b)

acte:
Pièces en 3 actes (135 min)
genre:
Vaudeville
décor:
Hall d'accueil d'une maison de retraite
Autres versions disponibles:
E 22   E 22a   E 22c   E 22d   E 22-D   E 22e   E 22f   E 22g   
résumé
Ces derniers temps il y a eu beaucoup trop de décès dans la maison de retraite "Les Tilleuls" où les pensionnaires font la grève de la faim car les repas livrés par un traiteur sont de plus en plus infects...
Les Tissus Faadespanner sont sur le point d'être vendus et les ouvriers se mettent en grève... Y a-t-il une relation entre les deux?

acteurs
homme:
5
femme:
8
adulte:
0
garcon:
0
fille:
0
enfant:
0
voix:
0
Videos
       
Photos
photo DNA Theatre Alsacien de Eschau   Photo DNA Section Théâtrale Cercle Sportif Martinia de Eschbach   Photo DNA d’Welser Bünehüpser de Wilwisheim   Photo DNA Théâtre Alsacien de Betschdorf   Photo Le Républicain Lorrain Die lustige Miehlerslitt de Frohmuhl    Théâtre Alsacien Walbourg   
commentaire de presse
"Valérie Gross, directrice de la maison de retraite les Tilleuls, espère mener son affaire de telle sorte que des bénéfices et des rentrées d’argent s’accumulent. Elle a pour projet de développer son activité en rachetant un terrain voisin appartenant à une usine. Elle n’a d’ailleurs pas de scrupules pour arriver à ses objectifs. Si son institution pouvait être bénéficiaire de l’héritage de certains des pensionnaires, cela l’arrangerait bien. Pour elle la fin justifie les moyens.
Pierrot Blattmayer, le traiteur, rentre dans la logique de la directrice. L’infirmier et professeur de sport de l’équipe (Patrice Heinrich) d’ailleurs aussi. Il leur fournit des séances de remise en forme à tel point exténuantes qu’il met finalement la santé des pensionnaires en danger.
Les pensionnaires n’ont pas tardé à y voir clair sur les intentions de la maison qui les accueille. Un ancien colonel, un ex facteur, un représentant, la veuve d’un boucher se promenant avec ses grands couteaux autour de la ceinture, la veuve d’un médecin, l’ancien directeur de l’usine voisine et sa fille tout comme une syndicaliste vont se mettre d’accord pour tenir tête à l’institution. Grève de la fin, ou simulation d’enlèvement, que va-t-il leur passer par la tête pour faire de la résistance ?
La comédie avance rapidement, les situations amusantes se succèdent. Quand des personnes âgées, avec leurs courbatures tiennent à se cacher dans un petit placard pour faire de la résistance, la scène devient vraiment hilarante."
DNA - (19/01/2017)

"Il s’agit d’une comédie en trois actes de Bernard Eibel, D’Alte han d’Kapp voll (« les vieux en ont ras la casquette »).
L’intrigue se déroule à la maison de retraite « Les Tilleuls » dont les débuts sont chaotiques : le personnel fait tourner l’établissement avec des combines bizarres : un traiteur remplace un cuisinier, et livre des repas frugaux et sans saveur ; le masseur fait faire des séances de sport exténuantes et excessives… Les pensionnaires tiendront-ils à ce rythme ?
Les acteurs sont fin prêts, et le spectacle s’annonce comme un véritable temps de détente : en général, avec les comédies de Bernard Eibel, le public se tord de rire d’un bout à l’autre des trois actes…"
DNA - (14/01/2017)

"D’un bout à l’autre de la pièce les spectateurs se tordent de rire et des salves d’applaudissement crépitent tout au long des trois actes de cette comédie...
Gag, quiproquo, gestuelle, comique de mot, de situation et de réplique, forment une agréable trame pour cette comédie admirablement maîtrisée par ces dix acteurs..."
DNA - (28/01/2013)

"Les débuts s'annoncent chaotiques dans une trame complexe, avec des situations inextricables et des combines louches du personnel de l'établissement. Tout va mal dans cette structure sociale des Tilleuls : le cuisinier renvoyé est remplacé par un traiteur qui livre de maigres repas sans saveur, l'infirmier masseur fait subir des séances de sport exténuantes. Que trame la direction ? Heureusement que les «vieux» ont plus d'un tour dans leur sac pour déjouer le complot. "
DNA - (17/01/2011)

"...Bernard Eibel met en scène une maison de retraite avec l'ensemble des acteurs qui occupent habituellement les lieux. Directrice, médecin, animateur et bien-entendu les seniors. Un établissement très spécial, il faut bien le dire. On y soigne les retraités d'une façon un peu particulière.On en veut surtout aux bourses bien remplies de ces personnes fortunées. Il faut faire en sorte qu'elles disparaissent le plus rapidement possible. C'est donc à coups de facéties, jeux de mots et de comique de situations que les comédiens provoquent fous rires et amusements. On baigne dans le dialecte alsacien avec délice..."
DNA - (02/02/2010)