A plat ventre et mains en l'air! (E 24-D)

acte:
Pièces en 3 actes (125 min)
genre:
Vaudeville
décor:
séjour
Autres versions disponibles:
E 24   E 24a   E 24b   
résumé
Joseph et sa soeur Raymonde au chômage sont tous deux membres de la troupe "Insertion par le théâtre". Lorsqu'ils répètent -ils ont tous deux un rôle de gangster- leurs parents jouent leurs otages.
Antoine le Bouclé et Vivi la Griffe ont cambriolé une banque et sont en fuite et cherchent une planque... C'est la que commencent les méprises et les confusions: Qui sont les faux otages, les vrais? Qui sont les vrais gangsters, les faux?...
acteurs
homme:
4
femme:
5
adulte:
0
garcon:
0
fille:
0
enfant:
0
voix:
0
Videos
       
Photos
 Beschebaribuehn de Bischoffsheim   photo DNA Groupe de Théâtre Alsacien de Schoenenbourg     Theatre Alsacien de Bischoffsheim    G’Stockichttheater von SV Henfenfeld    G’Stockichttheater von SV Henfenfeld   Photo DNA Théâtre Alsacien de Bossendorf    Théâtre Alsacien de Lutterbach   Photo DNA Théâtre Alsacien de Bischwiller   Photo DNA Théâtre Alsacien de Bischwiller    Theatergruppe Musikverein Graben      
commentaire de presse
"Verbrecherjagd im Bürgerhaus
Seit Januar probt die Theatergruppe des Musikvereins Graben für die diesjährige Theatersaison. „Bauch auf den Boden, Hände nach oben“ ist der Titel des Theaterstücks. Mit dieser Inszenierung von Bernard Eibel bewegen sich die Theatermimen heuer in dem Genre der Kriminalkomödie.
Zum Inhalt: Die arbeitslose Raimunde Bahler und ihr Bruder Sepp sind Mitglied in einer Theatergruppe. Wenn sie zu Hause für das Theaterstück proben – sie haben beide eine Gangsterrolle – müssen wohl oder übel ihre Eltern August und Grete die Geiseln spielen. In das ganze Probengeschehen mischen sich plötzlich zwei richtige Gangster ein. „Locken-Toni“ und „Krallen-Vivi“ haben eine Bank überfallen und sind auf der Flucht. Auf der Suche nach einem Versteck nisten sie sich im Haus der Bahlers ein.

ANZEIGE
Und schon geht’s los mit den Verwechslungen: Die falschen Gangster (Sepp und Raimunde) sind plötzlich richtige Gangster, dann werden sie Geiseln. Die falschen Geiseln (August und Grete) sind plötzlich richtige Geiseln, dann werden sie aber falsche Geiseln, dann sogar richtige Gangster. Hausmeister Manni Schlüssel haut die falschen Gangster K.o. und stößt mit den richtigen Gangstern auf ihr Wohl an. Und Fräulein Kaaser, die Nachbarin, wird vom richtigen Gangster geküsst, der aber eigentlich der falsche ist. Zum Glück behält Frau Greiner, die Polizeiinspektorin, einen kühlen Kopf. (lt)
"
Augsburger Allgemeine - (02/03/2016)

" Un public qui a été tenu en haleine, d’abord par un couple jouant les gangsters… Puis l’affaire se complique lorsque deux vrais malfaiteurs qui cherchaient une cache après avoir dévalisé une banque entrent dans le jeu. Tout ce petit monde a provoqué des éclats de rire et des tonnerres d’applaudissements avec des scènes cocasses et pleines de rebondissements…"
DNA - (10/03/2015)

"La pièce ponctuée par l’arrivée de vrais et de faux gangsters a tenu le public en haleine du début à la fin. Les rebondissements, quiproquos et situations inédites ont déclenché des rires à foison chez le nombreux public présent."
DNA - (16/03/2014)

"Cette pièce de Bernard Eibel a tenu le public en haleine du début à la fin avec ces quiproquos et situations inédites pontuées par l'arrivée de vrais et de faux gangsters..."
DNA - (02/02/2012)

"...Une pièce comique en trois actes, pleine de rebondissements et de quiproquos qui déclenchèrent le rire chez un nombreux public, fidèle et connaisseur...."
DNA - (26/02/2011)

".... Inévitablement des rencontres improbables assureront une succession de situations cocasses. La scène sera le théâtre d'une animation exceptionnelle où aucun temps mort ne sera de rigueur et tiendra le public en haleine."
DNA - (23/01/2008)

"C'est un vaudeville comico-policier signé Bernard Eibel. "Buch uff de Bodde, hand in d'Höeh!" (Entendez "ventre à terre, les mains en l'air") s'intitule ce nouveau morceau de Bravoure de l'auteur bas-rhinois, qui met en scène neuf acteurs..."
L'Alsace - (06/01/2008)

"... Bien sûr, le public s'est un peu perdu dans cette farce cagoulée où l'on passe son temps à se passer le masque, à se nouer la ficelle et à se monter le baillon! Mais les répliques sont vives avec des petits bijoux d'un argot dialectal d'une saveur inimitable et... intraduisible!..."
DNA - (01/03/2004)